[Réflexions] Comment enseigner autrement ?

En construction

Suite à la longue introduction de la rubrique Enseigner autrement (voir ), voici le résultat de mes recherches, ce sont surtout des informations pédagogiques mais aussi des outils, des idées pour la classe.

Une petite précision avant tout : je ne veux ici ni faire de prosélytisme, ni de propagande pour telle ou telle méthode (ou courant) pédagogique ou pratique de classe. Juste vous faire part de mes questionnements, de mes essais dans ma pratique pédagogigue. Comme je le dis souvent, il n’y a pas de recettes miracles, il y a des choses bonnes à prendre partout et je suis contre l’idée de tout carcan.

 

L’effet pygmalion : il nous a été évoqué en cours de psychologie sociale durant la deuxième année d’IUFM. Il faut lire les informations suivantes non comme une vérité pure et dure car c’est encore un sujet aujourd’hui à controverse, mais cela m’avait fait réfléchir sur notre métier et sur comment aider au mieux les élèves en difficulté.  Voici donc quelques informations, qui m’ont conduites à me renseigner sur la psychologie positive et l’enseignenemnt coopératif.

En pédagogie, l’effet Pygmalion (parfois nommé effet Rosenthal) est une prophétie autoréalisatrice qui consiste à influencer l’évolution d’un élève en émettant une hypothèse sur son devenir scolaire. Une attente positive ou négative concernant les capacités d’un élève se traduit par une modification du comportement de l’enseignant à son égard. source : Wikipédia, page consultée le 09/02/12 (clic)

En résumé (vraiment dans les grosses lignes), selon ce que pense l’enseignant (de manière inconsciente), d’un élève, de ses capacités face aux apprentissages, son comportement va induire des effets négatifs ou positifs sur les capacités de l’élève  dans ses apprentissages, voire sur lui-même.

Même s’il est sujet à controverse, voici un dossier qui fait la synthèse des diverses recherches et qui expose où nous en sommes à l’heure actuelle concernant cet effet. A lire, au moins pour en prendre connaissance (et en avoir conscience…) :

Les connaissances actuelles sur l’effet Pygmalion : processus, poids et modulateurs. David Trouilloud – Philippe Sarrazin

La métacognition.
En pédagogie, la métacognition consiste à prendre conscience des processus qui entrent en jeu dans l’apprentissage, dans le savoir, on pourrait dire en résumé : à connaître sa façon de savoir. Pour en savoir plus, cliquez sur le titre.

La valorisation (ou psychologie) positive.
En me questionnant sur ma pratique de classe et lors de mes recherches pour effectuer mon mémoire d’IUFM sur le thème de l’hétérogénité dans les classes, je me suis renseignée sur la psychologie positive appliquée à l’éducation.

La motivation et l’estime de soi.
Pour aborder le thème de la motivation et de l’estime de soi dans les apprentissages, j’ai lu l’ouvrage « Motivation et réussiste scolaire » et effectué des recherches, l’article publié sous le lien ci-dessus en présente les grandes lignes.

Les pédagogies coopératives.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s